À chacun son parcours, ils témoignent

A chacun son parcours... qu'ils soient élèves, parents d'élèves, partenaires ou professionnels, les acteurs de l'Ensemble Dom Sortais vous partagent leur expérience au sein de l'établissement et vous racontent leur parcours scolaire.

Élève BAC PRO TFCA

WhatsApp Image 2021-04-01 at 09.03.52 (11)

Actuellement en BAC PRO Technicien du Froid et du Conditionnement d'Air (TFCA), Nicolas apprend au quotidien sur son futur métier de frigoriste. "J'ai choisi ce métier car l'on fait plein choses différentes et c'est un domaine où il y a beaucoup de débouchés. Pour moi ça se passe super bien on a une bonne cohésion dans la classe et les profs sont super sympa. J'apprends plusieurs nouvelles techniques de travail et cette formation m'apporte beaucoup de connaissances que je n'aurais pas eu dans d'autres cursus."

Et après ? "Pour l'instant je ne c'est pas ce que je vais faire après mon BAC mais j'envisage peut-être un BTS au Lycée des Métiers Le Pinier Neuf de l'Ensemble Dom Sortais."

"Je recommande aux personnes d'aller étudier au Pinier Neuf car il y a une super équipe pédagogique au tant en général qu'en professionnel !"

Nicolas, BAC PRO 1ère TFCA
au Lycée des Métiers


Élève BTS FED en apprentissage

Gabin.JPG

Originaire de Liré, Gabin a réalisé une seconde générale à Dom Sortais, puis un Bac STI2D, voie innovation technologique. En classe de première, un stage en entreprise de plomberie-électricité le conforte dans son projet de poursuivre par un BTS et de choisir l'alternance. " J'en avais un peu assez de l'école et je pensais intéressant de lier la théorie et la pratique avec l'idée qu'il serait plus facile de s'insérer ensuite dans la vie professionnelle ", dit-il.

Dès le mois de décembre de l'année du bac, Gabin envoie des CV pour trouver une entreprise. La réponse de la SCOP Hervé Durand à Champtoceaux ne se fait pas attendre. Un stage pendant les vacances de février s'avère concluant. En septembre, Gabin intègre la société avec une double expérience : celle de l'entreprise et celle de la SCOP où les salariés sont actionnaires ce qui conduit bien sûr à une implication forte de chacun.

6 mois après, Gabin est totalement satisfait de son choix. " C'est vraiment ce qui me plaît " confie t-il.

" Le monde du travail permet de grandir plus vite. Parallèlement, la relation avec les formateurs est différente : on n'est plus seulement des élèves."

"Le fait d'avoir un salaire est aussi un atout et, même si le rythme est plus soutenu et que nous n'avons plus les vacances scolaires, cela ne me gêne pas ".

Et après ? Gabin pense poursuivre avec une licence professionnelle ou peut-être une école d’ingénieurs « en alternance bien sûr car je ne reviendrais pas sous le statut scolaire ".

Gabin, 1ere année BTS Fluides, Énergie et Domotique  (FED)
Formation proposée par le CFA Schneider Electric - En partenariat avec l'UFA Ensemble Dom Sortais
ecole schneider electric


Élève BTS FED en initial

Hugo élève BTS FED initial

Après une seconde générale et la préparation d’un Bac STI2D avec l'option Énergie et Environnement, Hugo choisit un BTS FED option DBC (Domotique et Bâtiments Communicants) sous statut scolaire.

Il a réaliser ce choix à la suite d'une présentation de cette formation au sein de son établissement scolaire.

Un choix qu’il justifie par le souhait, après un BTS, de poursuivre ses études et de garder un rythme scolaire. Une formule qui lui assure un travail plus régulier, plus rigoureux et lui laisse plus d'ouverture pour la poursuite de ses études même s'il n'exclut pas en fin de parcours d'aller vers l'alternance.

Hugo pense avoir eu raison car dit-il : " si j’aime bien ce domaine, j’aimerais être plus dans une fonction commerciale type chargé d’affaires, vendre les produits. "


Hugo, étudiant en BTS Fluides, Énergie et Domotique (FED)
au Lycée Général et Technologique


Élève BTS FED en initial

Nathan élève BTS FED initial témoignage

Après un Bac STI2D, Nathan choisit un BTS Fluides, Énergie et Domotique (FED), option B : Froid et Conditionnement d'Air (FCA), formation qui se fait pour la pratique à Beaupréau-en-Mauges et pour la théorie à Cholet.

Le choix du statut scolaire, il l’assume parfaitement et les périodes de stages confortent cette décision.

« Je ne me voyais pas encore en entreprise, je préférais approfondir ma formation théorique, avant d’acquérir un meilleur savoir. »

Nathan envisage à l’issue de son BTS de poursuivre avec une Licence Professionnelle, il est intéressé notamment par les métiers du froid et de la climatisation.
 

Nathan, étudiant en BTS Fluides, Énergie et Domotique (FED) 
au Lycée Général et technologique

 


Élève BAC PRO MMA

MAF Agri (2).JPG

"Après le collège, je ne voulais pas partir en lycée général car j’avais besoin d’apprendre un métier concret. Je suis passionnée par le monde agricole depuis toujours. J'avais donc pour projet initial, en rentrant en seconde Maintenance de Matériel Agricole au Piner Neuf, d’ensuite poursuivre vers la conduite de matériel agricole. 

" Mais j’ai découvert le métier de mécanicienne agricole ainsi que tous les débouchés envisageables suite à cette formation. "

Durant mes périodes de stage en entreprise, j’ai eu l’occasion de découvrir concrètement le métier de technicien SAV en concession mais aussi de prototypiste chez un constructeur et aujourd’hui je sais que je souhaite poursuivre mes études dans le but plus tard, de travailler chez un constructeur.

A mon sens, la formation en continue est adaptée à tous types de profils scolaires car elle permet de consacrer plus de temps aux notions théoriques nécessaires pour intégrer un BTS. De plus, le suivi de la formation au sein du lycée du Pinier Neuf est agréable puisque nous sommes un petit effectif. L'équipe éducative connaît donc bien les élèves et assure ainsi un meilleur suivi pédagogique."

Élève du Bac Pro Maintenance des Matériels Agricoles (MMA)
au Lycée des Métiers


Ancien élève BAC PRO TISEC

Corentin ancien élève TISEC

"Je n'étais pas spécialement motivé par la plomberie, au départ je voulais être Chaudronnier", mais un imprévu l'a finalement dirigé vers son second choix : une formation de le secteur de l'énergie, le BAC PRO Technicien en Installation des Systèmes Énergétiques et Climatiques (TISEC).

"Depuis sa me plaît et ma formation s'est très bien passé ! J'ai plus appris sur la régulation, les adoucisseurs, le diagramme enthalpique et de l'aire humide …" 

Corentin prépare actuellement en BP MIGCS à Cholet.

" Il faut faire ce que la personne veut et ne pas hésiter à prendre le second choix. "

Corentin, ancien BAC PRO TISEC


Parent d'élèves

Photo parent d'élève témoignage

"Mes garçons âgés de 20 ,14 et 11 ans suivent une scolarité dans l’enseignement privé. A l’instant où s’est posé la question de l’entrée au collège un choix important était à faire pour la suite de la scolarité de mon premier. Le collège Charles de Foucauld s’est imposé, certes la proximité était un facteur pré pondéral mais ce n’était pas l’élément déterminant. En effet, la notoriété de l’établissement reconnue depuis des décennies, la visite des Portes Ouvertes et la demi-journée d’intégration m’ont permis, avec mon fils, de prendre la décision. Nous avons pu découvrir un établissement avec des espaces de vie agréables et vastes dans un cadre historique, les enseignements, les options et les activités annexes notamment lors des pauses méridiennes."
 

" L'Ensemble Dom Sortais ce n’est pas que l’enseignement scolaire c’est aussi l’apprentissage du respect des autres et de soi, de la bienveillance et du partage. "
 

"Au cours des années scolaires j’ai pu constater le sérieux du suivi de la scolarité de mon fils par l’ensemble de l’équipe pédagogique qui reste en lien permanent avec la famille notamment via le personnel de la vie scolaire. Je sais que je peux compter sur la disponibilité de l’équipe éducative pour m’aider dans l’orientation de la scolarité de mon enfant. 

L’école inclusive est au cœur de notre société une des priorités de l’éducation nationale et je peux dire que l'EDS fait partie de ces établissements ouverts à ses élèves différents, nécessitant des aménagements spéciaux leur permettant de suivre une scolarité proche de la « normale ».

Mon fils, souffrant de troubles autistiques, est scolarisé en milieu ordinaire depuis le CE2 et grâce à l’engagement et la collaboration étroite entre le directeur de CM2 et la directrice adjointe du collège, son équipe et son AESH, il a réussi avec brio son entrée en sixième.

De plus, l’implication des enseignants, de la direction et de son AESH a permis à mon fils de vivre un voyage scolaire en Angleterre, grande première ; cette expérience a été pour tous source de joie et d’apprentissage.

 

      Aujourd’hui est venu le temps de la rentrée en sixième de mon petit dernier. La question du choix de l’établissement de formation ne se pose plus : l’Ensemble Dom Sortais, c’est sûr !

Au fil des années les différentes unités d’enseignement se sont concentrées en un seul établissement : l’Ensemble Dom Sortais. Je tiens aussi à m’exprimer sur le fait qu’e l'EDS sait aussi répondre présent lorsque des difficultés financières, sociales et ou familiales, peuvent survenir au sein de la famille d’un élève. Par expérience je peux témoigner de tout l’accompagnent, de l’écoute et de la bienveillance de la part de la direction, de l’APEL pour trouver une solution ou du moins améliorer les situations difficiles.

Il m’a fallu quelques années pour me rendre compte de l'importance de l'APEL au sein de l'établissement. Et pourtant sans elle, certaines actions n’existeraient pas. Depuis un an je me suis engagée en tant que membre actif pour participer ainsi au bien-être de nos jeunes au sein de leur établissement.

J’ai également observé tous les projets menés toujours plus nombreux, en exemples : dernièrement l’initiative zéro déchet, le civisme avec les jeunes pompiers, les opérations humanitaires les bouchons de l’espoir, l’ouverture au monde avec les nombreux voyages et les classes Europe etc…. Je me dis que c’est une chance que nous offrons à nos enfants d’avoir l’opportunité de pouvoir participer à tout ceci."

Parent de collégiens


Co-dirigeant d'une entreprise - Secteur du froid

Laurent.JPG

Co-dirigeant de l'entreprise SOREMA, M. Picherit est à la tête d'une équipe d'environ vingt salariés. L'entreprise propose et installe du matériel frigorifique adapté aux besoins de chaque client (entreprises agroalimentaires, banques de sang/vaccin/plasma, hôpitaux, sociétés ayant besoin de créer une enceinte climatique).

M.Picherit n'a pas choisi le milieu frigorifique par hasard. Son père, électricien de profession, avait des collègues frigoristes et en discutant de ce métier avec son père, M. Picherit s'y est intéressé et a choisit de ce lancer dans cette voie. « On touche à tout, nous utilisons des techniques différentes. Les préjugés sur le métier font que l’on reste dans le schéma des chambres froides, alors qu’en réalité, il y a bien d’autres choses. On retrouve des systèmes climatiques dans beaucoup d’endroits. » nous dit M. Picherit, passionné par son métier.

Il faut savoir que M. Picherit a participé à la toute 1re section froid au Pinier Neuf en réalisant un BEP froid et climatisation. Le métier a évolué au fil des années, ce qui a poussé les formations dans le secteur de l'Energie à se développer. 
 

Une ou deux phrases pour encourager les jeunes à se former dans les métiers du froid ? 

« Soyez curieux ! C’est un métier où il faut beaucoup de curiosité, nous découvrons tous les jours, on ne s’ennuie pas. Nous sommes multicompétences, le métier est très varié, il évolue et devient très proche de l’environnement, avec l'utilisation des fluides propres."

Les métiers du froid sont porteurs d'emplois, il y a besoin de jeunes et moins jeunes, motivés à apprendre les nouvelles techniques du métier. Les entreprises comme SOREMA, recrute par exemple des techniciens frigoristes, niveaux BAC PRO ou BTS
 

Laurent  PICHERIT, Co-dirigeant de l’entreprise SOREMA (Cholet)


Directeur technique - Secteur du froid

Photo Pascal CITEAU

Directeur technique depuis 2018, Pascal CITEAU a évolué au sein du même service technique depuis son arrivée en 1992 au sein de la SEMIC (ancien nom de CHOLET SPORTS LOISIRS). Il gère actuellement tout l'aspect technique des multiples installations présentes sur les différents sites de CHOLET SPORTS LOISIRS : le complexe sportif Patinoires, Piscines et Fitness de Glisséo, le Centre d’Initiation aux Sports de Plein Air  CISPA au bord du lac de Ribou, le Golf de Cholet son château et ses annexes techniques. À la tête d'une équipe de 11 personnes, il coordonne principalement des techniciens et des agents d’entretien. Il gère également tout ce qui concerne la sous-traitance technique et nettoyage. Il consulte différentes entreprises pour les besoins de la direction technique. Parmi toutes ses missions, il assure le suivi du chantier de la nouvelle piscine de Lys-Haut-Layon Lysséo, en tant que représentant technique du futur exploitant.
 

Avec un BEP Monteur et Dépanneur en Froid et Climatisation (au Lycée professionnel Pinier Neuf), Pascal CITEAU se voit proposer en 1992, un poste de Chef de piste à la patinoire de Cholet où il a exercé des missions variées : conduite et entretien de l’installation de réfrigération et de la surfaceuse à glace, apprentissage du patinage scolaire, entretien des locaux, affûtage des patins, chef de piste en séance publique. A l'occasion de la création de nouvelle patinoire Glisséo, il a eu la possibilité de choisir entre l’enseignement du patinage aux scolaires ou gérer la partie technique. En 2003, il est propulsé Responsable Technique des patinoires Glisséo, puis en 2005 Chef de service Accueil, Technique et Sécurité. Fin 2007, finalisation de la 2ème tranche de Glisséo, c’est l’ouverture des piscines et du Fitness, il est nommé Chef de service Technique de Glisséo, pour finalement, être nommé Directeur technique en 2018. Un beau parcours qui montre tout le potentiel d'évolution dans le secteur du froid.

Désormais, de nombreux diplômes permettent d'accéder aux métiers du froid : le CAP MIT, le BAC PRO TFCA, le BAC PRO TISEC, le BTS MSEF et le Titre TIFCC.

Au fil des années, il a fallu qu'il se forme à nouveau, et qu'il apprenne à travailler avec de nouveaux outils. Déjà en 2002, de grandes nouveautés sont apparues avec l’informatique, l’électronique, les automates, les logiciels, la gestion très complexe du traitement d’air, de nouvelles machines et la sécurité.

" La base du métier reste la même " dit-il, " on regroupe toujours plein de corps de métiers [...] il y a une partie électricité, plomberie, mécanique... C’est ce qui m’a d'ailleurs motivé au départ, je suis un éternel autodidacte touche à tout. Mais en 40 ans d’autres métiers sont venus s’ajouter, la chimie de l’eau, l’informatique, la programmation, ce qui pour moi est encore plus attrayant"

" J’ai évolué assez naturellement dans le domaine même si ça n’a pas toujours été facile ". C'est aussi pour cela qu'il aime son métier dans le secteur du froid. Pascal CITEAU fait partie des professionnels ayant pu allier passion et métier. En effet, adepte du ski alpin et de VTT, il adore la montagne et surtout le froid, il dit même « l'avoir jusque dans les veines ». Passer ses vacances d’été au delà du cercle polaire ne lui déplairait pas. Mais tout a commencé avec le hockey sur glace qu'il a commencé a pratiqué à l’âge de 13 ans. À la fin des années 80, il a donné, pour dépanner, quelques cours de patinage auprès des collèges et lycées du Choletais. Cela lui a permis d'être repéré pour le poste de Chef de piste à l’époque : « Il est frigoriste et il sait patiner ». Selon Pascal CITEAU : " la chance ça se provoque, il faut aller au devant pour la provoquer ".


complexe-glisseo

Désormais, Pascal CITEAU travaille non seulement pour Cholet Sport Loisirs mais, il est aussi formateur à son compte dans différents métiers de la glace où il intervient auprès de différents clients, comme La Fédération Française des Sports de Glace. " Le hasard fait bien les choses, j’ai lié le métier de frigoriste avec le métier de technicien patinoire. Auparavant, le directeur de patinoire savait tout faire, désormais, les besoins ont évolué. Il y a, d’un côté, l’exploitant technique et de l’autre, le technicien patinoire. L’objectif est de redonner du lien pour que ces deux métiers coordonnent leurs savoirs faire et poursuivent le même objectif ". Pascal CITEAU est aussi membre de l'association " Les Amis du Pinier Neuf " pour aider les jeunes à trouver leur vocation et partager son expérience.  Il est également membre du Conseil d'Administration du "Syndicat Nationale des Patinoires", ce qui lui permet de tenir informé les professionnels, concernant les évolutions techniques et réglementaires. Enfin, en collaboration avec le Conservatoire National des Arts et Métiers de Cholet, il encadre avec un enseignant les étudiants de l’Institut Français du Froid Industriel (BAC + 3) dans les Travaux Pratiques qu’ils effectuent sur l’installation de production de froid des pistes de glace de Glisséo.

Quelques mots pour encourager les jeunes à se former dans les métiers du froid ? 

C’est un métier qui regroupe plusieurs formations. C’est tellement varier qu’on ne fait jamais la même chose d’une heure à l’autre. C’est un métier passion, si on l'aime, on peut aller loin ! Avec les dernières réglementations, les entreprises sont toujours en recherche de personnel tels que des techniciens. Dans ce métier l’expérience demande du temps, il faut être patient pour être autonome. Maintenant, les entreprises n’hésitent pas à embaucher des jeunes et les forment même au métier pour être sûr de pouvoir les garder. C’est un métier qui demande aussi beaucoup de disponibilité pour les astreintes qui sont mises en place pour répondre aux dépannages de jour comme de nuit, week-end et jours fériés. En revanche, travailler le week-end, ça rapporte, ça octroi des repos compensateurs donc des week-ends à rallonges, des jours de repos en semaine et profiter des loisirs pas seulement que le week-end. C’est un métier où on peut voyager. Certains travaillent même à longueur de temps sur des bateaux de croisière, de commerce ou bien militaires. C'est réellement un métier qui peut permettre de s’épanouir et qui peut être financièrement très intéressant. C’est un métier de patience avec de nouvelles compétences qui arrivent, ce qui fait évoluer le milieu du froid. On va faire l’efficience et l’écologie avec des fluides anciens et plus propres, par exemple le CO2 (gaz de référence) et le NH3. 

Il existe aussi différents secteurs ; le froid ménager, industriel ou commercial, on a le choix ! Il faut savoir qu’il existe des entreprises spécialisées dans ces secteurs, ce qui peut limiter l'aspect polyvalence. Il existe aussi le métier de Chargé d’Affaires (souvent ce sont d’anciens techniciens) dans le domaine du froid, en relation avec un bureau d’études.  Avec un BAC technique et un BTS, on peut déjà devenir décideur, être force de proposition et manager.

Mon seul regret : de n’avoir jamais pu travailler sur les canons à neige et pourtant j’en ai eu l’opportunité. On ne peut pas tout faire dans la vie ! "

Pascal CITEAU, Directeur technique de Cholet Sport Loisirs


Technicien Service Client - Secteur Maintenance

Photo Simon PLOQUIN

Faire le choix de l'Ensemble Dom Sortais

Cet ancien élève de l'Ensemble Dom Sortais a fait partie de la première promotion du BTS Maintenance des Systèmes de Production (MSP) au Centre de formation Le Pinier Neuf. Avant cela, il a réalisé un BEP puis un BAC PRO MSP (anciennement MEI) également au Pinier Neuf de l'Ensemble Dom Sortais.

Avec un parent travaillant dans le milieu de l'Industrie, Simon PLOQUIN s'est naturellement dirigé vers ce cursus, portant beaucoup d’intérêt sur l'aspect technique qu'offrent ces formations. Ses premiers stages en Maintenance et les modules techniques l'ont motivé à continuer dans cette voie.

En étant curieux, on peut découvrir sa voie professionnelle

Actuellement, Technicien Service Client au sein de l'entreprise PACK'R, Simon PLOQUIN a découvert ce métier à la suite des plusieurs rencontres, lorsqu'il travaillait dans une laiterie en tant que technicien de maintenance. Ces échanges lui ont permis de se rendre compte que c'était la voie professionnelle qu'il souhaitait emprunter. Par la suite, son choix s'est renforcé. " Le premier facteur qui m'a donné envie d'être dans le milieu de la Maintenance, était de travailler dans le domaine des machines spéciales, de pouvoir être polyvalent et autonome dans mon travail et d'avoir un relationnel avec la clientèle. En plus de tout ça, c'est vraiment sympa d'avoir des collègues partout dans le monde ! ".

entreprise PACK'R

Quelles sont les missions d'un Technicien Service Client chez PACK'R ?

Désormais, Simon PLOQUIN effectue différentes missions en relation constante avec des clients internationaux. De l'installation à l'upgrade (= mise à niveau des machines), Simon PLOQUIN travaille également sur la mise en service de machines, il forme les clients à leur utilisation et il intervient sur la partie assistance et maintenance. Ses tâches varient d'une semaine à l'autre. Il apprécie énormément la polyvalence que lui apporte son métier et les perspectives d'évolution possibles dans le secteur de la Maintenance. En effet "plus nous avons d'expérience, plus les missions évoluent, chez PACK'R, on commence au niveau junior, puis avec l'évolution, on peut ensuite atteindre le niveau expert ".

Le secteur est en constante évolution, de nouvelles technologies arrivent sur le marché et de nouvelles compétences font leur apparition. Selon Simon PLOQUIN, le métier connaît des transformations, des évolutions, ce qui permet aux collaborateurs de progresser et d'acquérir de nouveaux savoir-faire. 7 ans après ses études, Simon PLOQUIN à l'opportunité d'effectuer de nombreux déplacements à l'étranger, d'une semaine ou deux, dans le cadre de ses fonctions. Les Techniciens Client sont amenés à voyager en France, en Belgique, en Angleterre, mais pas seulement ! Simon PLOQUIN a eu l'occasion de se rendre aux Émirats pour un client de l'Industrie pétrolière, au Costa-Rica dans une usine Coca-Cola et bientôt au Mexique. Certes, ces déplacements représentent 70 % de son temps de travail, mais il est rare qu'il parte plus de 5 jours consécutifs.

Il existe notamment des métiers similaires qui ne nécessitent pas de déplacement à l'étranger, tel que le poste de Metteur au point. C'est un métier très attractif, qui demande également de l'autonomie, de la polyvalence et qui amène le salarié à se challenger. Les compétences attendues pour cet emploi, correspondent à un niveau BTS. 

En parlant de déplacement, qu'en est-il des langues étrangères ?

Pas de panique ! Simon PLOQUIN insiste bien, sur le fait que même si votre niveau d'anglais n'est pas très élevé à la sortie du diplôme, il existe désormais de nombreux outils en ligne permettant d'approfondir ses bases et, pratiquer la langue sur le terrain, aide grandement à progresser. Bien évidemment, savoir parler l'anglais est un réel atout lors d'un recrutement, mais ne pas être bilingue ne sera pas un frein pour trouver du travail.

 

PACK'R : une dimension internationale qui a séduit Simon PLOQUIN

Situé à Angers, PACK'R réalise 85% de son activité à l’export avec une présence accrue dans l’industrie de la Chimie, notamment due à sa spécificité sur la réglementation ATEX. Le groupe PACK’R est spécialisé dans la conception et la fabrication de machines de remplissage-bouchage dédiées au conditionnement de produits liquides. Avec une filiale située à Atlanta (Etats-Unis) et une à Singapour (Asie), PACK'R exporte une majorité de ses machines, ce qui implique des déplacements professionnels pour ses collaborateurs.

Vidéo de présentation de l'entreprise PACK'R

 

Quelques mots pour encourager les jeunes à se former dans les métiers de la Maintenance ?

" Ce sont des métiers d'avenir, j'en suis convaincu ! Je le vois, aujourd'hui, nous sommes constamment en recrutement, comme les autres entreprises du secteur, d'ailleurs. La Maintenance est une filière technique, qui offre de nombreuses possibilités. Technicien Service Client est un métier où l'on peut s'épanouir et se diversifier. "

 

Simon PLOQUIN, Technicien Service Client chez PACK'R